Où es-tu partie?  

Je suis partie d’août 2007 à mai 2008 aux USA, à Louisville dans le Kentucky.

Pourquoi avoir choisi de partir une année à l’étranger?

Après un diplôme universitaire de gestion en France, j’ai décidé d’effectuer ma licence à l’étranger. Ayant déjà passé un an à Londres, j’avais envie d’aller plus loin... Les USA m’ont toujours attirée, le rêve américain. De plus, les écoles de commerce sont assez réputées là-bas.

A quoi t’attendais-tu avant de partir?

Je me suis préparée à vivre dans cette nouvelle culture avec ses nombreux préjugés. Je savais que pour une française, en pleine guerre d’Irak, ça ne serait pas simple, surtout dans le Midwest!

Quelle a été la réalité sur place?

De très nombreuses rencontres! Vous avez vu L’auberge espagnole de Klapisch? Et bien c’était exactement ça! J’ai aussi le souvenir de beaucoup d’échanges avec les Américains, très positifs (de grandes amitiés sont nées) mais aussi très négatifs où je ne me sentais pas la bienvenue dans ce pays. Je pense que chaque étudiant qui souhaiterait partir devrait se préparer à rencontrer des personnes réticentes.

Quel est ton souvenir le plus marquant?

En fait, j’en ai deux qui se recoupent. Le premier date du mois de décembre, quand la moitié des étudiants de notre groupe d’internationaux, sont rentrés dans leurs pays respectifs. C’est à ce moment précis que je me suis rendu compte qu’une vraie amitié était née entre nous tous. Le deuxième remonte à la fin de notre année scolaire, quand tous nos amis américains nous ont organisé une grande fête de départ! Très touchant de voir toutes ces preuves d’amitiés.


 

Où es-tu parti? 

J’ai commencé mes études à Aix-la-Chapelle en Allemagne. J’ai fait mon échange dans la plus belle ville du monde: Lausanne! J’y suis resté une année de 2008 à 2009.

Pourquoi avoir choisi de partir une année à l’étranger?

J’ai toujours voulu aller à l’étranger. Vu que j’aime bien la langue française j’avais le choix entre la Suisse ou la France. L’EPFL offrait beaucoup de cours qui allaient bien avec mon curriculum en Allemagne.

A quoi t’attendais-tu avant de partir?

Je pensais que tous le monde serait intéressé par un étudiant étranger. Et que l’apprentissage du français serait plus facile dans un environnement francophone.

Quelle a été la réalité sur place?

J’ai vite réalisé qu’il y a tellement d’étudiants suisses-allemands et étrangers que je ne me suis pas fait remarquer. Mais j’ai beaucoup aimé le multinationalisme de Lausanne, bien que ce ne soit pas une ville très grande. J’ai aussi réalisé que le français est vraiment une langue difficile. Il faut beaucoup plus qu’une année dans une région francophone pour atteindre un niveau professionnel.

Quel est ton souvenir le plus marquant?

A l’université, c’était un grand plaisir de suivre des cours pratiques qui n’existent quasiment pas chez nous. En plus, je faisais partie d’un cours de master réunissant quinze étudiants – chez nous je n’ai jamais eu un cours avec moins de 100 étudiants!