Etre bilingue semble, de nos jours, une nécessité

Et quoi de mieux pour apprendre une langue étrangère qu’une immersion totale dans le cadre de ses études où la pratique en continu est assurée. Un atout inestimable pour les recruteurs.

Etudier à l’étranger est également une ouverture à d’autres méthodes pédagogiques, à un milieu d’apprentissage où les règles sont différentes. Par exemple, dans les pays anglo-saxons, les professeurs favorisent la réflexion personnelle à la restitution des cours.

De même, les devoirs à la maison ne sont pas manuscrits mais tous tapés à l’ordinateur, comme dans la vie professionnelle! Autant d’atouts qui optimisent la polyvalence et renforcent l’acquisition de méthodes de travail différentes qui seront forcément appréciées par les employeurs. Enfin, l’objectif ultime des études à l’étranger est de mettre en valeur sa formation.
 

A l’heure de la mondialisation, un parcours international a plus de valeur pour le recruteur. Cela montre une autonomie, une ouverture d’esprit et une forme de curiosité intellectuelle.
 

Etudier hors de son pays, c’est également faire preuve d’ingéniosité et d’adaptation. Des qualités très recherchées dans le monde du travail. En outre, cette expérience à l’étranger sera le moyen de se différencier des autres et de se faire facilement une place sur le marché de l’emploi en enrichissant son CV.

Le nom d’une grande université américaine ou anglaise qui apparaît dans un cursus multiplie par trois les chances de voir sa candidature privilégiée par un recruteur affirment de nombreux professionnels des ressources humaines.

Les études locales ont aussi du bon!

A côté de cela, il ne faut pas dénigrer tout l’enseignement et l’utilité d’un parcours local, effectué dans des établissements, des écoles ou des universités nationales. Certains secteurs de l’emploi présentent en effet des codes très particuliers et des procédures très différentes parfois d’un pays à l’autre.

Savoir les maîtriser via un cursus universitaire local c’est aussi multiplier ses chances d’aborder avec succès le marché national et d’en comprendre tous les rouages et toutes les subtilités. Les stages ou les expériences professionnelles effectuées durant un cursus local permettent de se faire une idée concrète des réalités du marché.

Ces expériences dans le monde du travail peuvent aussi permettre de se créer des contacts, de tisser un réseau en vue d’une future embauche. Aujourd’hui en Suisse, le panel des formations s’est considérablement étoffé, bon nombre d’universités ou d’écoles proposent diplômes et MBA dans des secteurs très variés du plus général au plus précis.

Impossible de ne pas trouver la formation adaptée à son parcours. De plus, beaucoup de diplômes nationaux sont désormais reconnus à l’étranger et inversement. En résumé, partir étudier à l’étranger est un atout considérable si cette initiative est couplée à un cursus local. Il faut savoir partir pour mieux revenir!