Du jeune stagiaire fraîchement arrivé jusqu’au cadre expérimenté de multinationale, chacun peut être touché par ce mal typique de l’évolution de notre rapport au travail. Il n’y a pas plus démocratique que le stress professionnel! Il se manifeste sous diverses formes mais certains signaux d’alerte ne trompent pas. L’employé stressé sera le plus souvent fatigué et souffrira de trouble du sommeil. Il ressentira des tensions physiques dans la nuque, les épaules et le dos. Son équilibre émotionnel sera modifié par une de perte de confiance en soi, une augmentation de l’irritabilité et l’impossibilité de faire le vide en sortant du travail. Si vous ajoutez à cela les manifestations de stress cognitifs que sont les trous de mémoire et le manque de concentration, vous obtenez une équation redoutable qui mènera l’employé à la perte d’efficacité voire à l’arrêt -maladie.

Prendre un peu de repos pour finir plus vite

La culture de nombreuses entreprises est donc largement revue pour permettre aux collaborateurs de doser correctement leur implication. Différentes solutions sont alors explorées dans le but d’augmenter conjointement bien-être et productivité. On assiste, entre autres, à la création d’espaces de sieste, de sport ou encore l’organisation de groupes de course à pied. Les spécialistes en RH quant à eux, jouent un rôle clé en offrant la possibilité de tirer facilement la sonnette d’alarme. 

Tous ensemble 

Le 7 septembre prochain se tiendra à St-Gall, le congrès national pour la promotion de la santé en entreprise. Ce sera l’heure du bilan d’un vaste programme pilote de prévention parmi plus de 5000 employés suisses. L’étape de la prise de conscience passée, la lutte contre ce fléau représente maintenant l’un des challenges qui nécessite l’alliance de tous les acteurs du monde professionnel.